Le Rhin romantique, à vélo…

Après avoir inspiré tellement de poèmes et de légendes, le Rhin fait aujourd’hui la cour… aux cyclistes ! En effet, ce fleuve est bordé par une longue et charmante piste cyclable, l’Eurovélo15, qui traverse notamment la ville de Coblence et la vallée du Haut-Rhin moyen, qu’on surnomme aussi la vallée romantique… Et, croyez-moi, elle l’est encore plus – romantique ! – à vélo ! Voici mon carnet de bord, autour de Coblence :

  • Péniches, en face du rocher de la Lorelei
  • Le rocher de la Lorelei, dans la vallée romantique.
  • Pédaler le long du Rhin
  • Sur le parcours, dans le Haut Rhin moyen
  • Le Haut Rhin moyen se découvre bien à vélo
  • La vallée romantique, ponctuée de châteaux et forteresses.
  • St-Goar, dominé par son château.
  • St-Goar, le long du Rhin, en Allemagne.
  • Devant St-Goarsen et le Rhin.
  • Oberwesel, une belle étape le long du Rhin
  • Le village d'Oberwesel, le long du Rhin
  • Oberwesel, une étape le long du Rhin
  • L'Eurovelo 15 permet de pédaler le long du Rhin
  • Boppard, une des villes du Haut Rhin moyen
  • Au coeur de la vieille ville, à Coblence
  • La statue du Schangel, à Coblence.
  • Coblence - vieille ville
  • Dans la vieille ville de Coblence

Tout pour pédaler heureux ! 

Étant donné que je voyageais avec des valises, j’ai choisi de rayonner à partir de trois villes – Coblence, Bonn et Cologne – et de me déplacer en train entre chacune d’elles. J’aurais pu emmener mon vélo à partir du Canada mais j’ai choisi de louer un nouveau vélo dans chacune de mes villes-étapes. C’était un choix d’autant plus judicieux que plusieurs gares et hôtels en Allemagne louent maintenant des vélos, y compris des vélos à assistance électrique qui, selon moi, permettent de parcourir de plus longues distances, sans (trop) se fatiguer…

À peine arrivée à Coblence, j’ai constaté que les pistes cyclables sont nombreuses et bien balisées: tant dans les villes elles-mêmes que le long du Rhin. Partout, des panneaux identifient les kilomètres entre deux points ou les ponts à emprunter pour traverser d’une rive à l’autre. Cependant, il faut être particulièrement vigilant à l’entrée des villes ou des villages, car la piste y borde parfois des couloirs pour piétons. Et oui, j’ai personnellement reçu quelques remontrances de certains piétons avant d’arriver à m’habituer… (Nul doute qu’en Allemagne, les règles du civisme sont très importantes !) D’ailleurs, dans toutes les zones piétonnes, il est obligatoire de marcher à côté de son vélo.

Que fait-on si on souhaite s’épargner des kilomètres ou rebrousser chemin plus tôt que prévu ? Étant donné que la piste cyclable longe souvent la voie ferroviaire, les gares ne sont jamais bien loin! Et comme les vélos sont acceptés à bord des trains (dans les wagons identifiés avec un logo), il est tout à fait possible d’effectuer certaines parties du trajet en train et choisir de pédaler à partir d’un point du parcours qui nous convient davantage. En plus, certaines gares ont aussi des ascenseurs qui permettent de monter nos vélos jusqu’aux quais, ce qui est très apprécié !

De Bacharach à Coblence

Plusieurs villes voisines du Rhin ont aménagé leurs berges avec brio mais, pour son côté bucolique et toutes les légendes qu’elle suscite, l’une des parties les plus spectaculaires du fleuve se trouve entre Coblence et Bingen (65 km plus au sud). Toute cette région (le Haut Rhin moyen) est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, car cette vallée – qu’on dit ‘romantique’ – compte une quarantaine de forteresses et de châteaux, dispersés parmi des vignobles et des villages aussi charmants les uns que les autres.

Parmi ces villages, il y a notamment Bacharach, où les Romains avaient érigé un sanctuaire en l’honneur du dieu Bacchus. Et, à n’en pas douter, les vins – surtout le Riesling – occupent une place primordiale dans cette région ; comme en témoignent les nombreux vignobles à flanc de côteaux et les bars à vins, dans chacun des villages. Autre escale intéressante : le village d’Oberwesel, qui a conservé une quinzaine de tours du Moyen Âge. Et sa place principale étant encerclée de maisons à colombages, c’est un lieu particulièrement agréable pour casser la croûte, avec une bière ou un verre de blanc, justement !

À peu près à mi-chemin entre Coblence et Bacharach, on arrive au village de St-Goar, qui domine la partie la plus étroite du Rhin. En face, sur l’autre rive, se dressent le château de St-Goarsen et surtout, le fameux rocher de la Lorelei, qui a inspiré tant d’artistes et de légendes ! La plus connue raconte qu’une nymphe y ensorcelait les marins, au point de causer bien des naufrages… Chose certaine, St-Goar est un arrêt irrésistible : pour prendre quelques photos, un café dans le village ou y visiter les ruines médiévales du château de Rheinfels.

Mais, au-delà des villages, la nature et le Rhin ne donnent pas leur place non plus ! En fait, dans toute cette vallée (et autour de Boppard, notamment), le fleuve se déhanche sans vergogne, en multipliant les méandres à travers les falaises. Les péniches et les navires de croisières fluviales s’y croisent tout doucement, et on avance presque à leur cadence. D’ailleurs, on est tentés de s’arrêter à toutes les dix minutes, pour s’imprégner de tout cela, en songeant que les peintres et artistes ont eu bien raison de s’en inspirer !  

Coblence : pour sa vieille ville et sa forteresse

En soi, Coblence est une étape très agréable elle aussi ! Parmi les plus anciennes villes d’Allemagne, elle a hérité son nom des Romains (d’après le mot latin ‘confluence’), car elle se trouve au carrefour du Rhin et de la Moselle. Cette confluence stratégique s’appelle « Deutsche Eck » (qui signifie le coin allemand) et elle est bien gardée par l’impressionnante forteresse Ehrenbreitstein : la plus grande fortification d’Europe après Gibraltar, qui propose des expositions, des animations estivales et des vues époustouflantes sur la ville, bien sûr ! D’ailleurs, on admire aussi de très belles vues à bord du téléphérique, qui mène jusqu’à la forteresse.

Comme l’expliquait mon guide, il est vrai que Coblence a été fortement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale. Or, sa vieille ville a été soigneusement restaurée et une partie a même été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Aujourd’hui, une bonne proportion du vieux Coblence – tout l’ancien tracé des Romains – est devenu une zone piétonne, ce qui est particulièrement agréable ! Toutes ces rues sont bordées de nombreux commerces indépendants, dont la confiserie Frl. Diehl, qui propose une quinzaine de variété de caramels faits sur place (savoureux, je vous le dis !) Chemin faisant, on croise aussi la place des Jésuites, au coin de laquelle nous attend la statue du Schängel… Toutes les deux minutes, ce petit bonhomme (l’ambassadeur de Coblence) arrose tous et chacun sans distinction, y compris les plus puissants ; ce pourquoi sa statue a été expressément placée à côté de l’Hôtel de ville… Il n’empêche que ce personnage est devenu une fierté pour Coblence et on le voit partout, y compris au sol, sur les pavés. En continuant jusqu’aux rives du Rhin, on peut aussi flâner dans les jardins de la basilique St-Castor (de style roman) et ceux du palais des Princes-Électeurs, qui font face au fleuve.   

Voyez la suite : mon reportage sur Bonn et Cologne: https://nathaliedegrandmont.com/?p=9454&preview=true&_thumbnail_id=9472

Informations pratiques :

Où séjourner à Coblence : GHotel & living : moderne, bon rapport qualité-prix, en face de la gare, équipé pour les cyclistes. www.ghotel-group.de/hotels/koblenz

Bon à savoir : À Coblence, il y a aussi des pistes cyclables le long de la Moselle, ce qui offre l’embarras du choix pour pédaler !

Prendre le train avec son vélo: Outre le billet de train pour soi, il ne faut pas oublier de se procurer un billet spécial pour le vélo (quelques euros), sous peine d’encourir une amende assez salée !

Envie d’une longue balade ? L’EuroVélo 15 s’étire sur plus de 1200 kilomètres, de la Suisse jusqu’aux Pays-Bas, en passant par la France et plusieurs autres régions d’Allemagne. Pour mieux planifier les détails et les étapes de son parcours, on peut consulter le site https://de.eurovelo.com/

Informations : https://www.visit-koblenz.de/en, http://www.romantischer-rhein.de, https://www.germany.travel/

Un commentaire sur “Le Rhin romantique, à vélo…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s