globe raconteuse

Québec: Dans le sillage des capitaines…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la région de Montmagny, la Route des navigateurs n’est pas qu’un itinéraire touristique qui longe le fleuve… C’est aussi et surtout une invitation à découvrir un véritable patrimoine maritime et de fascinantes histoires de capitaines… A l’abordage !

Cap vers les îles :  

A Berthier-sur-Mer, le fleuve devient estuaire. Les eaux et les défis deviennent plus salés, et c’est ici que commence le pays des véritables marins ! Dans cette partie de la Côte-du-sud, des familles d’insulaires et de capitaines connaissent intimement toutes les humeurs du fleuve et y naviguent depuis des générations, contre vents et marées ! Des familles comme les Lachance, qui vivent et naviguent dans l’archipel de l’Ile aux Grues, depuis 7 générations. Cinq générations ont même vécu sur l’île au Canot; les enfants apprenant très tôt à ramer, pour pouvoir se rendre à l’école et à l’église, sur l’île aux Grues. Heureusement, cette connaissance et cette passion maritimes se sont transmises de père en fils : depuis Jos Lachance, le dernier à quitter l’île au Canot, jusqu’à François Lachance, qui a lui-même construit ses premiers bateaux, pour emmener les touristes sur le fleuve. Aujourd’hui, ses deux fils – Dominique et Jean-François – ont repris la barre des Croisières Lachance, à bord du Lachance 3 et du Vent des îles.

Dès le printemps (de la mi-mai à la mi-juin), ils nous emmènent admirer les milliers de petits pingouins, qui viennent nicher dans ces îles, pendant la période de couvaison.  Puis, de juin à octobre, ils mettent le cap vers Grosse-île et l’Isle aux Grues. Or, comme ils sont aussi bons conteurs que capitaines, leurs traversées sont ponctuées d’anecdotes, dont on se régale… « Mon grand-père (Jos) était un sacré rameur », raconte Jean-François. A force de faire des allers-retours galants entre l’île au Canot et l’île Marguerite, il a réussi à ramener sa Philomène sur son île », ajoute-t-il, avec un petit sourire coquin. Et c’est avec ce même mélange d’humour et d’affection que lui et son équipage nous racontent aussi l’histoire de ces îles, qu’ils connaissent comme le fond de leurs poches. « Voici l’île Sottise (déformation du mot south east), puis les Îles Madame et Ruau, qui abrite des propriétés privées, assez élitistes. Ah! Et là-bas, c’est l’île Sainte-Marguerite, qui a longtemps été habitée par des familles de fermiers, dont la grand-mère de votre capitaine ! »

Puis, sans avoir vu le temps passer, on arrive à la première escale, Grosse-Île : un site de Parcs Canada, où l’on peut visiter les anciennes installations qui servaient à accueillir les immigrants (notamment les Irlandais), pendant la période de la quarantaine obligatoire, au 19ème siècle. Quelques minutes plus tard, on rejoint la deuxième escale – l’Isle-aux-Grues – qu’on peut découvrir à vélo ou avec leur balade touristique, elle aussi commentée. Habitée par 150 personnes, l’île révèle rapidement son patrimoine maritime elle aussi : devant l’église (où apparaît la liste des familles souches) et sur ses belles battures, qui ont inspiré le peintre Jean-Paul Riopelle. Heureusement, l’escale nous octroie assez de temps pour goûter les fameux cheddars artisanaux de la Fromagerie de l’Ile, monter sur le Bateau ivre (rempli de costumes de leur Mi-Carême) et découvrir les vieux gréments et embarcations du Musée de l’Isle-aux-Grues, qui raconte toutes les traditions, qui ont forgé le caractère de ces insulaires. www.croisiereslachance.com www.museedelisleauxgrues.com

L’Islet-sur-Mer :

Un peu plus à l’ouest, le village de l’Islet-sur-mer a vu naître près de 200 marins, capitaines, armateurs et charpentiers de marine; comme en témoigne encore la chapelle des marins, qui rend un vibrant hommage à tous ceux qui ont perdu la vie en mer. Tout près de là, le Musée Maritime du Québec nous raconte aussi leurs histoires et leurs exploits, en commençant par ceux du capitaine Joseph-Elzéar Bernier, devenu le plus jeune capitaine du monde, à seulement 17 ans ! Déjà matelot à 14 ans, ce fils et petit-fils de marin ne s’est pas contenté de faire le tour du monde des dizaines de fois, car il a aussi mené une douzaine d’expéditions en Arctique (entre 1906 et 1925), assurant ainsi la souveraineté du Canada sur ce territoire. « Il a bien mérité d’apparaître sur notre passeport canadien (à la page 12) ! », clame avec fierté la directrice du musée. « S’il avait été américain, son destin et ses exploits exceptionnels auraient fait l’objet d’un film depuis longtemps ! ».

Heureusement, le musée nous invite à suivre ses traces : en visitant le dernier brise-glace canadien à vapeur (le NGCC Ernest Lapointe) et le navire expérimental NCSM Bras d’or, qui avait la capacité de flotter et de voler à la surface des vagues. Fascinant ! Dans la salle des machines ou derrière la barre, on s’imagine capitaine nous aussi, bravant le fleuve et ses îles, qu’on aperçoit tout autour. A l’intérieur du musée nous attendent aussi des dizaines de maquettes de bateaux (commentées par les guides) et une sympathique collection de chaloupes, que les insulaires ont longtemps utilisé pour leur gagne-pain et leurs loisirs… D’ailleurs, de mars à octobre, le musée propose de nombreuses animations familiales – des marches polaires sur le fleuve, ateliers de nœuds ou bricolage, contes maritimes, etc.- pour sauvegarder ce patrimoine maritime et le transmettre aux futurs moussaillons… (Bateaux-musées : à partir du début de juin, généralement) www.mmq.qc.ca

La Route des navigateurs:

Avec tout ce patrimoine maritime, pas étonnant qu’on ait créé un circuit surnommé la Route des navigateurs… Officiellement, cette route touristique longe la 132, de Baie-du-Febvre jusqu’à Sainte-Luce. Mais ici, dans la région de Chaudière-Appalaches, elle longe le fleuve, en proposant des panoramas et des histoires maritimes sur 225 kilomètres, de St-Antoine-de-Tilly jusqu’à Saint-Jean-Port-Joli.

Informations pratiques:

S’y rendre : En suivant la Route des navigateurs (la 132), qui commence à Lévis. http://www.routedesnavigateurs.ca

Excursions vers les îles avec les Lachance : de la marina de Bertier-sur-mer. Entre 50 et 70$/personne, selon la croisière. www.croisiereslachance.com

Suggestions d’hébergement : L’Hôtel L’Oiselière, à Montmagny. http://www.oiseliere.com

Ou : L’Auberge des Glacis. Excellents et copieux brunchs également. 1 877 245-2247. www.aubergedesglacis.com

Bon à savoir: Le Musée maritime a aussi produit un balado – Des promenades pas comme les autres – qui nous accompagne sur ce parcours, anecdotes à l’appui…

Informations touristiques : www.montmagnyetlesiles.com , http://www.chaudiereappalaches.com

Un commentaire

  1. Ping : Astuces: Où partir au Québec cet été ? (en voiture et en vélo) | globe raconteuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :