globe raconteuse

Géorgie: Tbilissi, la nouvelle star du Caucase…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir été un carrefour sur l’ancienne Route de la Soie, Tbilissi est en voie de devenir, à nouveau, une des destinations-phares, dans la région du Caucase. De plus en plus de visiteurs découvrent ses contrastes étonnants : sa vieille ville et ses influences perses, puis les nouveaux immeubles avant-gardistes et la profusion de petits commerces qui voient le jour dans tous les autres quartiers. La jeune génération s’approprie d’anciens symboles soviétiques, pour en faire de nouveaux, qui réaffirment l’originalité de la culture géorgienne, cette fois… Bref, bien que le coût de la vie y demeure encore très raisonnable, Tbilissi bouillonne et s’épanouit allègrement. Il y règne une effervescence, un éveil culturel et une soif d’affirmation, qui nous donnent bien envie de rejoindre la parade…

Meidan et le quartier des bains :

Dans la langue géorgienne, Tbilissi signifie « un endroit chaud », car la ville a été fondée au 5ème siècle, par un roi qui y avait trouvé des sources d’eaux sulfureuses. Elles y sont toujours et alimentent toute une série de bains (de style turc) qui s’étalent le long de la rivière Mtkvari, à côté de l’ancienne place principale de la ville, Meidan. D’ailleurs, ces bains sulfureux (sous les dômes) et beaucoup d’autres éléments d’architecture rappellent l’importance de l’héritage perse, dans ce quartier.

Forteresse Narikala :   

Par ici, impossible de manquer la forteresse Narikala : construite par les Perses au 4ème siècle, puis devenue le palais des émirs arabes, quatre siècles plus tard.  À partir du Parc Rike (sur la rive est), un téléphérique mène tout en haut, en nous permettant de découvrir cette ville toute en reliefs, construite dans une sorte de cuvette, où la rivière et les ponts servent maintenant de traits d’union. Une fois là-haut, quelle belle vue en plongée : sur le quartier et les églises de la vieille ville, qui s’étalent sur les flancs de la montagne. D’ailleurs, si un sentier mène vers l’immense statue (représentant la « mère de la Géorgie »), d’autres permettent de redescendre à pied, à travers le labyrinthe de ruelles abruptes.

Promenade dans la vieille ville :

Difficile d’imaginer que les murailles de Tbilissi aient pu être conquises et détruites 26 fois ! Par les Perses, les Turcs, les Mongols, les Arabes et d’autres… Sachant cela, on comprend mieux pourquoi son ancien quartier médiéval possède 6 lieux de culte différents – des églises catholiques et orthodoxes, des synagogues et des mosquées – qui cohabitent pacifiquement, à quelques minutes l’une de l’autre. Quel bel exemple de tolérance !

Parmi elles, il ne faut pas manquer la plus vieille église chrétienne de Tbilissi : la basilique Anchiskhati, qui remonte au 6ème siècle. D’allure toute simple, mais typique des débuts de la chrétienté. Dans les rues voisines, plusieurs balcons de bois charmants ornent les façades, alors que surgit devant nous la Tour de l’horloge (voisine du théâtre Gabriadze), qui s’anime deux fois par jour (à midi et 19h)

En continuant sur cette rue, on remarque quelques beaux exemples des nombreuses statues qui ornent la ville, un peu partout. On y croise d’abord deux hommes sur un banc puis, au tournant de la rue (vers la gauche), l’allumeur de réverbères. En remontant dans cette direction, on rejoint la ville moderne (et Freedom Square) mais surtout, les vestiges des murailles médiévales, qui encerclaient la vieille ville, autrefois.

Pont de la paix :

En passant vis-à-vis la Basilique Anchiskhati, osez un petit détour vers la rivière: pour aller voir de plus près ce superbe pont, conçu par l’architecte italien Michele De Lucchi. Un magnifique amalgame de verre et d’acier, qui relie la vieille ville au Parc Rike (sur la rive est)

Chuchelas et autres douceurs : 

A partir de Meidan, on peut remonter la rue Kote Abkhazi (jusqu’à Freedom Square). Sur cette rue, on croise de nombreux marchands de « chuchelas » : des brochettes multicolores, très appréciées par les Géorgiens ! Ce sont des noix ou des noisettes, enrobées de farine et de jus de fruits (raisins, grenades, etc.) qui leur donnent ces multiples couleurs. C’est aussi dans cette rue qu’on réalise à quel point la gastronomie géorgienne est variée (toutes sortes de fromages et de pains, notamment) et bien arrosée ! Les Géorgiens produisent et consomment beaucoup de vin; certains étant très bien et peu chers. (Voyez mon sujet sur la gastronomie de la Géorgie, très bientôt)

Dessus et dessous :

Lorsqu’il devient nécessaire d’agrandir la ville, au 19ème siècle, les Russes aménagent l’avenue Rustaveli et cette immense place, Freedom Square, surmontée d’une statue de Saint-Georges, avec son dragon.  Par contre, cette place cache aussi de nombreux couloirs souterrains, remplis de petits commerces de toutes sortes (vêtements, électronique, souvenirs, grignotines ou cigarettes, services d’esthétique, toilettes publiques, musiciens ambulants, etc.). À l’instar de Montréal, Tbilissi possède donc elle aussi une ville souterraine; certains de ces couloirs étant d’ailleurs l’unique façon de pouvoir traverser à pied des carrefours très passants. Les premières fois, on les trouve plutôt lugubres et glauques, mais on finit par en adopter quelques-uns et on s’y habitue…

La grande dame Rustaveli :

Construite au 19ème siècle elle aussi, l’avenue Rustaveli est la première rue large et élégante de la ville, que certains comparent aux Champs-Élysées, à Paris. De fait, elle s’étire sur plus d’un kilomètre et déploie une série de beaux édifices, qui abritent des boutiques et restaurants, des hôtels historiques, de même que le Parlement, les grands musées et théâtres nationaux. Parmi eux : le Musée des Beaux-Arts (et trésor national), l’Opéra et Ballet (de style mauresque) et, gravées sur les trottoirs, une série d’étoiles rendant hommage à plusieurs acteurs et dramaturges nationaux .

Non loin, l’Hôtel Biltmore est aussi considéré comme un monument historique (surtout la partie avant). L’hôtel a été le siège du parti marxiste-léniniste pendant longtemps et c’est ici que la Géorgie a officiellement décrété son indépendance, en 1991. Plus loin, l’avenue se termine à la statue du poète géorgien Shota Rustaveli, qui lui a donné son nom. Juste derrière, la station de métro Rustaeveli est la plus profonde du réseau (et typique de l’ère soviétique), un carrefour important et un point de départ potentiel (pour ceux qui souhaitent faire cette balade dans l’autre sens)

Marché aux puces :

Juste avant d’atteindre l’église Saint-Georges-de-Kachvéti, il suffit de tourner à droite pour rejoindre le « Dry bridge » et surtout, le marché aux puces, qui s’y déroule tous les jours (de 9h à 17h). Plus la matinée avance et plus les trottoirs disparaissent : sous des amoncellements de monnaies anciennes, médailles et vieux passeports soviétiques, bijoux antiques, chapeaux et vêtements rétros et une foule d’autres objets hétéroclites, souvent étendus sur des couvertures. Certains commerçants exposent aussi leur marchandise sur leurs vieilles bagnoles; ce qui rend tout cela encore plus drôle et sympathique. Bref, on se sent dans un véritable bric-à-brac ( qui s’étend dans le parc et les rues voisines) et généralement, on marchande avec les commerçants, dans une ambiance assez bon enfant.

Hôtel Stamba :

En continuant un peu après la station de métro Rustaveli, on rejoint l’Hôtel Stamba, qui a ouvert en 2018. De jeunes entrepreneurs géorgiens ont choisi cette ancienne imprimerie de la période soviétique, en ont conservé certains vestiges (dont les poutres apparentes et les anciens séchoirs, au plafond) et en ont fait un hôtel boutique, qui s’est déjà mérité de nombreux prix, dont celui du « meilleur nouveau concept en Europe ». Son hall principal renferme des plantes et surtout, d’imposantes bibliothèques (incluant tout le tour de la réception) qui évoquent l’ancienne mission des lieux. Plusieurs œuvres originales (d’artistes géorgiens) décorent aussi les salons, les couloirs et les chambres, alors que l’hôtel organise régulièrement des événements artistiques (concerts, expos, colloques) dans la cour derrière, qui communique avec l’autre hôtel-frère (The Rooms), juste à côté. A aire ouverte et très populaire, leur restaurant compte plusieurs sections, dont un comptoir de pâtisseries et chocolats maison, un coin asiatique, un bar en U (style bar à huîtres) et des tables avec banquettes, où l’on sert de la cuisine européenne et géorgienne. En gros : cet hôtel est un espace à voir, d’autant plus qu’il est devenu un des lieux de rendez-vous des jeunes professionnels de Tbilissi… Ces hôtels appartiennent au groupe Adjara, qui possède également l’auberge Fabrika (dans une ancienne usine de confection). www.stambahotel.com,

Surveillez bientôt mes sujets sur la cuisine et la région des vins en Géorgie…

Informations pratiques :

S’y rendre : A partir du Canada, la meilleure façon de rejoindre la Géorgie est via une capitale européenne (via Paris ou Amsterdam, avec Air France-KLM) ou via Istanbul (avec Turkish Airlines).

Sur place: Je vous conseille d’essayer le métro : pas si difficile de s’y retrouver,  pas si bondé et d’une profondeur assez impressionnante ! (ce qui rappelle celui de Moscou). Toute une expérience en tout cas, et pour quelques sous !

A voir aussi : Avenue Agmasheneblj, sur la rive est. (à partir du métro Marjanishvili)

Suggestions d’hébergement : The Rooms : 14 M. Kostava, www.roomshotels.com

Tbilisi Times Hotel : 75 Agmashenebeli Avenue, www.tbilisitimes.ge

Adresses gourmandes : Café Leila : 20 Shavteli. Végétarien, décor d’inspiration perse, très chaleureux.

Keto & Kote : No 3 Toradze street. Décor élégant, grand choix de spécialités locales.

Alubali : 6G Akhveldiani street. Situé dans une cour intérieure, beaucoup d’ambiance, excellent et pas cher !

Art Cafe Tiflis : 4 Kote Tibkhazi. Un café très convivial, avec une décoration éclectique et originale.

Informations complémentaires : www.tbilisi.gov.ge

Un commentaire

  1. Ping : La Géorgie: Foi et fêtes, au coeur du Caucase | globe raconteuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :