globe raconteuse

Etats-Unis: Surprises dans les Outer Banks

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Suivez-moi sur Twitter, Instagram ou la page Facebook de Globe Rcaonteuse. Pour être au courant des promotions et concours à venir…

Les Outer Banks… Je trouvais ce nom un peu étrange, mais finalement, je réalise qu’il décrit assez bien ces longues bandes de sable qui s’étirent sur 200 kilomètres, au large de la Caroline du nord. Bien que les îles du nord et du centre sont reliées au continent par quelques ponts, celles du sud ne sont accessibles qu’en bateau (des traversiers); ce qui reflète tout à fait l’ambiance particulière de cet archipel. Car en traversant là-bas, on largue un peu les amarres… En tout cas, on s’éloigne des grandes villes, à tel point qu’on y découvre avec bonheur des dunes de sable et des ciels étoilés comme rarement on a pu en voir ! Il n’y a pas que cela mais oui, la nature est l’une des belles surprises des Outer Banks… Et voici mes suggestions pour en profiter au maximum…

Où poser notre parasol ?

Pour trouver une plage à son goût, il y a l’embarras du choix ici ! Car les Outer Banks en ont de toutes les sortes: certaines surveillées par des sauveteurs, d’autres complètement sauvages et peu fréquentées, et certaines plages auxquelles on peut même accéder en jeep ou VUS (en se procurant un permis spécial et en utilisant les accès désignés). Pour les familles, l’une des plus belles est celle de Jennette’s PierNags Head), car on y retrouve un long quai pour ceux qui veulent pêcher (frais d’accès minimes), des rafraîchissements vendus sur place, plus des douches et des vestiaires pour se changer, à proximité du stationnement. Il y a aussi de très belles plages tout le long de l’île d’Hatteras, notamment celle du Pier de Rodanthe et plusieurs autres plus sauvages entre Rodanthe et le phare de Cap Hatteras, bordées par des enfilades de dunes à perte de vue. A Rodanthe, ouvrez l’œil pour repérer une maison sur pilotis aux volets bleus : c’est celle qui a servi au tournage du film Nuits à Rodanthe.

Envie de monter au phare ?

Cet archipel a causé tellement de défis pour les navigateurs – et de naufrages ! – qu’on l’a surnommé le cimetière de l’Atlantique. Ce n’est donc pas surprenant d’y trouver une demi-douzaine de phares, dont quelques-uns qui se visitent. Le plus connu et le plus haut est celui de Cap Hatteras: 200 pieds et 287 marches jusqu’au sommet; ce qui représente l’équivalent de 12 étages.  Mais cette ascension nous donne la chance d’apercevoir un des rares points de vue en hauteur, une chance unique d’admirer toute la silhouette de l’archipel. Au nord de l’archipel, celui sur l’île de Corolla (Currituck Beach Lighthouse) arrive bon deuxième pour la popularité. On peut y monter également (presqu’aussi haut !) et sa finition de briques orangées offre un beau contraste avec la végétation tout autour.  A voir aussi: le phare de Manteo, qui servait autrefois à protéger l’entrée de marécages. Il a été déplacé dans le port de Manteo, juste en face du Musée maritime (sur l’île de Roanoke).

L’île de Roanoke et sa colonie perdue:

Avez-vous déjà entendu parler de la colonie perdue ? C’était la première tentative de colonisation anglaise en Amérique, financée et organisée par Sir Walter Raleigh pour le compte d’Élisabeth I, dans les années 1580. John White est nommé chef d’expédition et s’installe avec un groupe de 110 colons (dont 18 femmes) sur l’île de Roanoke. Quelques mois plus tard, sa femme donne naissance à Virginia Dare, la première enfant anglaise à naître sur le sol de cette nouvelle colonie. Peu après, White repart chercher des renforts en Angleterre mais, à cause des batailles anglaises avec l’Armada espagnole, il ne pourra repartir vers l’Amérique que 3 ans plus tard. A son retour, tous les colons ont disparu, en ne laissant qu’un seul indice – le mot Croatan – inscrit sur un arbre. Voici l’étrange destin de cette colonie perdue qui, depuis, fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques et hypothèses de toutes sortes. Une histoire fascinante, qu’on nous raconte au site historique de Fort Raleigh (expositions gratuites) et dans le cadre du spectacle The Lost Colony, présenté en plein-air,  sur le bord de l’eau (tout près du site choisi par les colons, à l’époque). http://www.nps.gov/fora, http://www.thelostcolony.org.

Non loin de Fort Raleigh se trouvent également de beaux jardins – The Elizabethan Gardens – qui rendent hommage à la période de la reine Elisabeth I. Outre la statue de cette reine surnommée la reine vierge (d’où le nom de Virginie, donné à cette région à l’époque), on y retrouve aussi une statue de Virginia Dare, cette première enfant anglaise née dans la colonie. Ces jardins abritent aussi une roseraie, une belle fontaine centrale, des sentiers bordés de chênes centenaires qui mènent sur le bord de l’eau, plus différents jardins ornementaux, concentrés près de l’entrée pricipale. 1411 National Park Dr, Manteo. http://www.elizabethangardens.org

Le lieu qui a donné des ailes…

Quelle fierté pour ces îles ! Car elles ont été le berceau du premier vol d’avion, réalisé par les frères Wright, en décembre 1895, sur une colline de Kill Devil Hills. Une envolée de quelques secondes, mais qui allait changer le monde ! Les guides du Wright Brothers National Memorial sont fiers de raconter cette histoire, et avec raison ! L’entêtement des frères Wright, comment ils se sont inspirés des oiseaux et de leur expérience avec les vélos pour réaliser leur appareil, puis toutes les étapes qui ont mené aux premiers vols. Après avoir assisté à la présentation des guides, on peut aller photographier l’ancien campement des frères Wright puis les différentes bornes, qui marquent le lieu du décollage et des atterrissages. Leur bâtiment d’accueil principal est en rénovation actuellement, mais ils offrent des services et expositions dans un pavillon temporaire. http://www.nps.gov/wrbr

Hatteras, au galop…

Elles sont belles et elles s’étendent à perte de vue… Alors, imaginez à quel point il peut être excitant de parcourir ces plages au galop ! Voilà pourquoi je vous conseille vivement d’aller faire la promenade à cheval au coucher du soleil que propose la compagnie Equine Adventures. Basée à Frisco, sur l’île d’Hatteras, cette compagnie possède une trentaine de chevaux tranquilles, dociles, et qui aiment la proximité de la mer. Encadrées par deux guides attentionnées, leurs balades durent près de 3 heures; débutant à travers la forêt maritime, pour culminer ensuite sur la plage, où l’on passe près d’une heure. Une heure magique, où chacun dirige sa monture à sa guise (galop ou pas, selon notre choix !), en longeant les vagues, qui viennent mourir sous les sabots des chevaux. Tout cela dans les lueurs rosées et violacées du coucher du soleil… Un grand sentiment de liberté et des moments de pur bonheur ! (Env. 45 minutes de Rodanthe. Voir indications routières sur leur site internet. (252) 995-4897, http://www.equineadventures.com

Libres… comme les chevaux de Corolla !

Je ne sais pas si cette expression existe, mais elle le devrait ! Car combien de chevaux sauvages reste-t-il dans le monde ? Il y en a quelques petits groupes dans les Outer Banks, dont celui qui vit dans le nord de l’île de Corolla. Et j’ai eu la chance d’aller les voir et d’en apprendre un peu plus sur eux, en participant aux safaris photos en jeep de Corolla Outback Adventures, la première compagnie à avoir débuté ces safaris, en 1962. Ils ont donc acquis certains privilèges, dont l’accès à certains territoires exclusifs; ce qui leur donne plus de chances d’apercevoir les chevaux. Car ce cheptel compte environ 120 bêtes qui vivent en liberté, sur un territoire de plages, de marécages et de forêt maritime, presqu’à la frontière avec la Virginie.  On part donc par la plage au début (une plage accessible en voiture), puis on s’enfonce ensuite dans l’arrière-pays, vers les marécages, tout en traversant aussi certaines zones habitées (des maisons accessibles uniquement en VUS). Et c’est là que nous avons vu notre premier groupe de chevaux, errant tranquillement au milieu des maisons. Puis, un peu plus tard, nous avons croisé deux nouveaux groupes, en train de brouter dans une plaine.

Comme l’expliquait le guide, ces chevaux sont des descendants de mustangs espagnols qui ont probablement survécu à des naufrages de galions espagnols au 16ème ou 17ème siècle. Et ils vivent en liberté depuis, bien qu’ils soient surveillés de près par une fondation qui les protège et recueille les chevaux malades. Comme on a pu l’observer ce jour-là, ils se regroupent dans des harems, généralement composé d’un étalon et quelques femelles qui deviennent ses protégées. Bien sûr, les étalons doivent régulièrement prouver leur domination, voire même se battre avec d’autres mâles pour protéger leurs harems. Chose certaine, quelle belle expérience – quel beau privilège ! – de pouvoir les observer là où leur belle liberté les entraîne… Sur la plage, dans la mer, au sommet d’une dune ? Allez savoir ! Tout le plaisir de ces safaris résident dans l’attente et la surprise… Car, ultimement, ce sont ces superbes bêtes qui décident si la rencontre aura lieu…  Le kiosque de Corolla Outback Adventures se trouve juste après le phare, à côté du bureau de poste. (252) 453-4484. http://www.corollaoutback.com

Voyez aussi mes sujets suivants:

Sur Asheville: https://nathaliedegrandmont.com/2017/08/25/asheville-insolite-et-boheme/

Sur la route panoramique Blue Ridge Parkway : https://nathaliedegrandmont.com/2017/08/25/astuces-les-belles-escales-de-la-blue-ridge-parkway/

Informations pratiques:

S’y rendre: En y allant directement, il faut calculer environ 15 ou 16 heures de route pour rejoindre les Outer Banks.

Suggestions d’hébergement: Il y a de tous les types d’hébergement dans l’archipel: des villas et maisons luxueuses à louer (sur Duck et Corolla), des chaînes d’hôtels (à Nags Head et Kill Devil Hills) et plusieurs campings (sur l’île d’Hatteras). Certains de ces campings (dont le KOA d’Hatteras) offrent aussi des mini-chalets rustiques (avec lits, balcons, air climatisé) pour ceux qui n’ont pas leur équipement. Très correct pour le prix !

Adresses gourmandes: J’ai beaucoup aimé Le Black Pelican, situé à Kitty Hawk. Belle terrasse face à l’océan et d’excellents poissons et plats du jour. http://www.blackpelican.com

Autre bon resto de fruits de mer: Mulligan’s Grille, à Nags Head. Vue sur le bras de mer cette fois. http://www.mulligansobx.com

Informations supplémentaires: http://www.outerbanks.org, http://www.visitNC.com,

 

 

3 Commentaires

  1. Ping : Astuces: Les belles escales de la Blue Ridge Parkway | globe raconteuse

  2. Ping : Asheville: Insolite et bohème | globe raconteuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :