globe raconteuse

Cap sur les Petites Antilles !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La semaine dernière, j’ai eu la chance de faire une croisière sur le navire Costa Favolosa, à partir de La Romana, en République dominicaine. J’ai choisi ce navire car je savais que Costa était réputée pour son ambiance européenne et parce que l’itinéraire permettait de découvrir une belle brochette d’îles: de Catalina à St-Martin, en passant par Antigua, St-Kitts, la Guadeloupe et la Martinique. Des îles aux caractères variés: les unes d’allégeance britannique, les autres françaises, et même une, moitié française et moitié néerlandaise. Pour moi, c’était une combinaison très intéressante ! Et bien sûr, plusieurs de ces îles étaient également réputées pour la beauté de leurs plages ou de leurs barrières de corail; ce que je trouvais aussi très excitant ! Voici donc quelques-uns de mes trucs pour bien profiter d’une croisière dans les Caraïbes :

Les avantages d’une croisière ?

Même si les escales demeurent assez brèves, les croisières permettent de découvrir plusieurs destinations au cours d’un même voyage, sans avoir à déplacer sans cesse nos  valises. Comme la majorité des bateaux naviguent de nuit, de nouveaux ports nous attendent généralement chaque matin, à notre réveil. Cependant, comme le temps passé dans les escales demeure assez bref, les croisières conviennent nettement moins pour les véritables maniaques de plages. Conseil: allez consulter le détail des itinéraires sur les sites internet des compagnies, car plus le temps passé en escale est long, plus vous pourrez  organiser vous-même votre visite : en louant une voiture ou les services d’un chauffeur de taxi, par exemple. De cette façon, vous risquez moins de dépendre des excursions vendues sur le navire, qui sont généralement assez chères.

Est-ce pour moi ?

Depuis une quinzaine d’années, les croisières – et leurs prix – se sont largement démocratisés. Maintenant, cette formule de voyage attire de plus en plus de familles, des jeunes couples, des célibataires, et même, des amateurs de sensations fortes. Les nouveaux navires possèdent un plus grand nombre de cabines avec des balcons privés et offrent de plus en plus d’animation, pour tous les groupes d’âges (voir plus bas les spécialités des compagnies) Mais surtout, le décorum a beaucoup changé lui aussi, mettant de plus en plus le « smoking » au rencart, pour faire plus de place à la convivialité. Chose certaine, il y a maintenant des croisières pour tous les âges et tous les budgets. Il suffit simplement de choisir celle qui nous convient. Conseil: pour vous aider à choisir, consultez l’excellent guide « Croisières dans les Caraïbes« , publié aux Éditions Ulysse. On vous explique les forces des principales compagnies sur le marché, les différents itinéraires proposés (et quelles compagnies les font), plus les conseils de base et attraits des principaux ports d’escale. Très pratique pour comprendre rapidement ce milieu !

Les désavantages ?

Il existe des plus petits navires, où il y a moins de passagers, des services et une ambiance plus personnalisés. Mais généralement, ces navires font partie de la classe plus haut de gamme, en proposant des coûts en conséquence… Dans la classe des croisières plus « accessibles », la majorité des navires accueillent maintenant 3500 à 4000 passagers (certains jusqu’à 6000 !). A certains moments (embarquement, heures des repas, etc.), il y a donc beaucoup de monde dans la file au buffet ou même, devant les ascenseurs… Conseil: En général, il y a toujours moyen de trouver des espaces plus calmes: dans certains petits salons, un pont moins fréquenté, un solarium, etc. N’hésitez pas à aller repérer vos recoins de prédilection ! Il est aussi possible d’éviter les foules en allant manger plus tôt ou plus tard que la majorité.

Comment choisir le navire ? (et l’itinéraire)

Aujourd’hui, les compagnies de croisières naviguent en Asie, en Méditerranée, en Amérique du sud ou en Alaska, tandis que d’autres effectuent de véritables tours du monde, voguant de l’Amérique à l’Australie. Mais, durant l’hiver, la majorité des croisières mettent le cap vers les Caraïbes occidentales (la côte ouest du Mexique), les Caraïbes orientales (ou les Petites Antilles) ou les Caraïbes méridionales (près de la côte du Venezuela); au départ de Miami, de Fort Lauderdale (en Floride) ou de la République dominicaine.

Pour bien choisir son navire, il faut savoir que chaque compagnie a ses spécialités et ses clientèles de prédilection. Royal Caribbean, par exemple, a marqué un grand coup auprès des gens actifs et des familles, en leur offrant des activités comme le mur d’escalade, la patinoire intérieure (sur le Voyager of the Seas) et leur énorme piscine à vagues, qui permet de faire du surf (sur le Freedom of the Seas). Carnival et Disney mettent aussi le paquet pour les familles, en proposant des programmes d’animation parmi les plus complets et les plus ciblés (des tout-petits aux adolescents) mettant en vedette leurs personnages. Certaines compagnies, telles que Cunard, mettent aussi de plus en plus l’emphase sur l’enrichissement personnel, en organisant des croisières axées sur le jazz, l’opéra, les danses sociales, etc. Parallèlement à cela, de plus en plus d’agences organisent aussi de nombreuses croisières pour des clientèles précises (gais et lesbiennes, groupes corporatifs, amateurs d’ornithologie, etc.).

Les forces de Costa ?

Quant à la compagnie Costa, elle se démarque grâce à son identité italienne, son caractère cosmopolite et son personnel polyglotte (5 langues utilisées couramment à bord, dont le français). D’ailleurs, Costa figure parmi les meilleures compagnies pour les services en français. Sur le Costa Favolosa, j’ai beaucoup apprécié de pouvoir parler en français toute la semaine: avec le personnel à la réception, les animateurs, les serveurs et même le jeune garçon qui préparait notre cabine. Même si plusieurs employés sont originaires des Philippines, tous maîtrisaient un minimum de français et faisaient de grands efforts pour nous servir en français. Parallèlement, j’ai aussi beaucoup aimé le mélange cosmopolite des passagers: il y avait des Italiens (en majorité), des Espagnols, des Français, des Québécois, et même, beaucoup d’Antillais (de Martinique et Guadeloupe). Sur ce navire, les anglophones (et les Américains, notamment) n’étaient pas majoritaires; ce qui laissait place à un bon mélange de nationalités. Très rafraîchissant et intéressant, pour les rencontres et les conversations !  Costa attache aussi beaucoup d’importance aux traditions gourmandes européennes; ce pourquoi on y retrouve toujours des fromages et charcuteries italiennes au buffet, des spécialités de toutes les régions italiennes au souper ( à tour de rôle), plus une chocolaterie et « gelateria », qui propose des glaces et pâtisseries italiennes, bien sûr !

Bémols et conseils :

Par contre, j’ai été déçue du buffet pour le déjeuner et le dîner, qui manquaient tous les deux de variété, à mon goût. De ce côté, j’ai déjà vu mieux sur d’autres navires. De façon générale, j’ai constaté qu’on est mieux servi lorsqu’on opte pour les spécialités italiennes, qui sont nettement plus leur force (fromages, charcuteries, pâtisseries, pâtes préparées à l’assiette, etc.) Je trouve également dommage qu’on ne nous propose que de l’eau en fontaine pour accompagner nos repas au buffet (boissons gazeuses et bouteilles d’eau sont toujours en sus)

Les deux restaurants à la carte sont un peu mieux, mais là encore, un peu inégaux. Leur menu comprend 4 services tous les soirs et pour chacun d’eux, quatre à cinq choix différents (plats italiens, internationaux ou spécialités créoles.) Fait intéressant: chaque soir, on met aussi en vedette une région italienne différente, à tour de rôle (Calabre, Ligurie, etc.) D’ailleurs, là encore, dans ces deux restaurants à la carte, les meilleurs choix s’avèrent souvent les spécialités italiennes. Il y a aussi quelques plats de fruits de mer avec des suppléments à payer.

Est-ce comme un tout-inclus ?

A moitié ! Pour la majorité des compagnies (à l’exception de celles très haut de gamme), le coût de la croisière n’inclue pas tout. Il inclue la cabine, l’animation et les spectacles proposés à bord (tous les soirs), de même que les repas au buffet et dans les restaurants à la carte qui sont proposés sans supplément. Mais dans le cas de plusieurs compagnies (dont Costa ), il faut payer pour les boissons gazeuses, le vin et les alcools, les cafés de spécialité, les bouteilles d’eau, les services d’internet (souvent très chers et peu efficaces), plus les pourboires pour le personnel de salle à manger et de cabine (10 euros/personne/jour), qu’on vous facture à la fin. Selon les croisières, il faut aussi prévoir les coûts du vol et des transferts jusqu’au navire.

Conseil: Pour faciliter la logistique, optez pour des forfaits-croisières comme ceux proposés par Transat, par exemple. (voir informations pratiques) Pour vos boissons, les compagnies vendent souvent des forfaits-boissons, qui se déclinent selon plusieurs variantes. A vous de calculer s’ils valent la peine, selon les habitudes que vous avez…. Au restaurant à la carte, il est aussi possible d’acheter des bouteilles de vin, qu’on gardera de côté pour vous, d’un soir à l’autre. Pour ceux qui boivent surtout en mangeant, c’est l’une des meilleures options ! Pour ce qui est de l’internet, je sais (pour l’avoir essayé ailleurs) que les forfaits sont chers, d’autant plus que le service fonctionne souvent très mal, en plus ! Si vous pouvez vous en passer en soirée, attendez d’arriver aux escales. Dans la majorité d’entre elles, il y a des bars ou cafés situés sur le quai, juste à la sortie des navires, qui offrent le Wifi pour le prix d’une consommation ! D’ailleurs, on y croise souvent les membres de l’équipage !

Autre conseils pour le Costa Favolosa:

– Plusieurs de leurs spectacles ressemblent aux émissions de télé-réalité style « La Voix » ou « America’s got talent ». Mais ils ont aussi un spectacle plus original (Feu et Glace) qui réunit des patineurs artistiques et des acrobates.

– En rentrant de vos escales, trouvez-vous une place à l’arrière (sur le pont 9, 10 ou 11), afin d’être prêts à trinquer – et à photographier le moment – lorsque le navire quittera le port, au coucher du soleil.

– Envie de fuir la cohue et d’aller relaxer dans un endroit calme ? Vous pouvez vous réfugier dans la bibliothèque ou dans les nombreux salons (au pont 5).

– S’il pleut, profitez-en pour essayer la piscine ou le jacuzzi intérieurs, le casino ou le Simulateur de course Formule Un. Il y a aussi de nombreux jeux de société dans la bibliothèque (pont 5)

– Pour vos escales, si vous savez exactement ce que vous voulez faire, regroupez-vous et négociez les services d’un taxi, à la sortie du navire. C’est ce que j’ai fait à St-Kitts: pour 60$ US, j’ai pu faire un tour de quelques heures, pour aller voir Romney Manor (démonstrations de batik et beaux jardins) et la forteresse de Brimstone Hill, que je vous recommande fortement. J’ai fonctionné aussi de façon semblable à Antigua et à Saint-Martin. Pour la Martinique et la Guadeloupe, j’ai opté pour la location d’une voiture, parce que je suis assez familière avec ces deux îles. Par contre, lorsqu’on organise soi-même nos escales, il faut prévoir de bonnes marges de manoeuvre au niveau de l’horaire, car ces gros navires n’attendent pas les retardataires !

Informations pratiques:

Forfaits croisières : Au Québec, le voyagiste Transat propose une sélection de 60 itinéraires avec 13 des compagnies les plus populaires sur le marché. Leurs forfaits comprennent le vol, les transferts jusqu’au navire, la croisière, les taxes et « la protection de vol » (en cas de retard de vol; ce qui est très précieux pour éviter de manquer le départ du navire !). En ce moment, ils sont en pleine promotion « réservez-tôt » pour leurs croisières d’été: la majorité d’entre elles étant en Méditerranée.

http://www.transat.com/fr-CA/reserver/croisiere

Le Costa Favolosa, en bref: 290 mètres, 114,500 tonnes, 17 ponts (dont 13 pour les passagers), 1508 cabines, dont 594 avec balcons. Capacité: 3800 passagers. 4 piscines, casino, théâtre, 5 restaurants (dont 2 avec suppléments), beaucoup d’animation, incluant pour les enfants.

L’itinéraire que j’ai fait :  Circuit de 7 nuits, au départ de La Romana, en République dominicaine. Escales sur l’île de Catalina, à Antigua, à St-Kitts, en Martinique, en Guadeloupe et  à St-Martin.

Voyez mon sujet sur Antigua:

https://nathaliedegrandmont.com/2017/03/24/astuces-quoi-voir-a-antigua/

Sur Saint-Martin:

https://nathaliedegrandmont.com/2017/03/25/saint-martin-1-ile-2-ambiances/

Sur la Guadeloupe:

https://nathaliedegrandmont.com/2017/01/20/racontes-moi-la-guadeloupe/

Sur la Martinique:

https://nathaliedegrandmont.com/2016/02/09/martinique-kontan-we-zot/

Budget à prévoir: Il faut vous prévoir un budget supplémentaire pour vos boissons, vos escales (ou excursions), vos achats de souvenirs ou d’internet, plus les pourboires qui vous sont facturés automatiquement à la fin de la croisière, pour le personnel de cabine et de salles à manger (environ 15$ CAN, par jour, par personne)

A lire: « Croisières dans les Caraïbes », aux Éditions Ulysse. http://www.ulysse.com

Pour en savoir plus: http://www.costacruises.com

 

 

Un commentaire

  1. Ping : Saint-Martin : 1 île, 2 ambiances | globe raconteuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :