globe raconteuse

Qatar: 40 degrés…sans ombre

Il n’y a pas que la richesse qui soit mal répartie; la chaleur aussi… Si certains n’en ont pas assez, d’autres en ont trop… Bien sûr, cela paraît presqu’impensable pour nous, alors que la chaleur nous arrive tout doucement et qu’elle est plus que bienvenue… Mais essayez seulement d’imaginer un endroit où il ferait près de 45 degrés… sans ombre !  C’est le cas au Qatar: un petit pays, bordé par le golfe arabique et l’Arabie Saoudite. Au plus fort de l’été, leur mercure grimpe régulièrement au-dessus de 40 degrés… La chaleur écrase tout, y compris les touristes les plus zélés. Ce matin-là, j’étais arrivée très tôt à Doha, la capitale du pays. Mais après quelques heures de repos, j’étais déjà impatiente d’aller me promener pour photographier la ville et tous ses gratte-ciels futuristes, émergés du désert en moins de quinze ans…Sauf qu’à la réception, en demandant conseil sur la meilleure direction à prendre pour partir en promenade, voilà qu’on me regarde avec des yeux héberlués, comme si j’avais parlé chinois ou presque… « Mais vous n’y pensez pas »;  me répond-t-on, de façon beaucoup plus polie… Et pouquoi pas, me disais-je en quittant l’hôtel…

Mais une fois dehors, il n’a fallu que dix minutes pour que mon corps comprenne ce que l’employé voulait dire… Il était près de midi et la chaleur était si intense que j’arrivais à peine à respirer. En plus, j’ étais tellement aveuglée que j’avais l’impression d’avancer vers un écran blanc. Les rayons du soleil réfléchissaient partout, écrasant toutes les formes. J’ai alors réalisé qu’ il n y avait absolument personne sur la promenade de la Corniche. Idem pour la belle plage de mon hôtel : toute aussi déserte. La ville semblait vraiment endormie. Où étaient-ils tous ? Bien à l’abri dans les hôtels, les voitures et les centres commerciaux climatisés. Et j’avais l’air bien idiote, cherchant (sans succès) l’ombre d’un arbre ou d’une structure pour me mettre à l’abri… Voilà pourquoi personne n’osait s’aventurer sur la Corniche ou dans les souks après 6 heures du matin ou avant 6 heures du soir… (D ailleurs, j’ai appris un peu plus tard qu’en été, les journées de travail au Qatar s’échelonnent de 7h à 14h30, à cause de la chaleur).

Ironiquement, pour les touristes, la meilleure façon d’occuper ses après-midis est d’aller faire des excursions dans le désert, qui se trouve à quelques jets de sable de Doha. Tant qu’à griller, aussi bien griller pour la peine, n’ est-ce pas ? Mais heureusement, ces excursions se déroulent à bord de véhicules tout neufs et climatisés. Pendant quelques heures, on roule au milieu de ces dunes impressionnantes, qui atteignent jusqu’à 40 mètres de hauteur. On les dévale, on zigzague sur leurs crêtes, en croisant des caravanes de dromadaires qu’on distingue à peine, tant le soleil nous éblouit. A un moment, comme il devenait difficile de prendre des photos de l’intérieur, j’ai demandé à mon chauffeur si je pouvais sortir… Bien sûr, vous avez deviné sa réaction :  il retenait son fou rire… Aussitôt sortie, je me suis sentie enveloppée par un nuage de chaleur sèche et étouffante, comme si je venais de passer la tête dans un four. Et comme le vent soufflait derrière, j’étais aussi sur la trajectoire d’une rafale de sable, qui passait par-dessus ma tête, mes bras et à travers mes doigts… Oui, le désert était en train de transformer une femme des neiges en véritable bonhomme de sable… Et c’est là que j’ai décrété que je ne serais jamais une bédouine, en retournant en vitesse me barricader bien au frais dans le véhicule.

Heureusement, la chaleur et le soleil se sont calmés peu après. Et le désert a enfin pu me montrer ses vraies couleurs, toutes les nuances des sillons et des « vagues » de sable, sculptés par le vent. Et c’est aussi à ce moment-là que nous avons aperçu les premiers Qataris :  prenant le frais (quelques degrés de moins !) sur les rives de « la mer intérieure ». Et cette fois, aucun d’entre eux n’a eu besoin de me dire que la majorité des Qataris attendent l’automne comme nous le printemps… Quel dommage qu’on ne puisse pas troquer quelques degrés de chaleur avec eux, de temps en temps !

 Pour plus d’informations: Gulf Adventures offre aussi des excursions qui incluent un souper BBQ, un petit déjeuner et une nuitée dans le désert, dans un campement de tentes bédouines. (www.gulf-adventures.com)

Pour s’y rendre : Depuis quelques années, Qatar Airways connaît une croissance spectaculaire et se classe régulièrement parmi les meilleures compagnies aériennes du monde, notamment dans la catégorie du service. Elle dessert plus d’une centaine de destinations (dont Montréal) et ne cesse d’en ajouter des nouvelles. (www.qatarairways.com/ca)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :