globe raconteuse

Mulhouse: des tissus à l’automobile…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Située plus au sud de l’Alsace, Mulhouse n’a pas du tout le même style que Strasbourg et Colmar. Pourtant, elle n’en est pas moins la capitale du Haut-Rhin, très tournée vers ses proches voisines, l’Allemagne et la Suisse, avec lesquelles elle partage un aéroport. Et surtout, Mulhouse possède un riche passé de besogneuse; un destin né sur les métiers à tisser au milieu du 18ème siècle, et qui s’est poursuivi avec l’automobile. Aujourd’hui, ce riche passé définit encore le présent, inspire les artistes, contribue à l’offre touristique et influence même le marché de Noël…  Voici de bons filons pour découvrir cette ville, souvent sous-estimée :

Marché de Noël :

Mulhouse célèbre Noël elle aussi, mais en faisant un sympathique clin d’œil à son passé, cousu de fils et d’étoffes…  En effet, au 19ème siècle, Mulhouse était une véritable plaque-tournante de l’impression sur étoffes, puisqu’ on y retrouvait une quarantaine d’usines, à l’apogée de cette période. Comme on peut s’en douter, il n’en reste plus qu’une seule aujourd’hui mais, étonnamment, plusieurs d’entre elles ont fonctionné jusque dans les années 60; ce pourquoi plusieurs Mulhousiens connaissent bien l’industrie du textile. Chaque année, pour faire un clin d’œil à ce passé pas si lointain, une styliste locale (Marie Jo Gebel) s’inspire donc de certains motifs anciens, pour créer l’étoffe officielle de Noël… Cette étoffe se retrouve ensuite un peu partout : sur les souvenirs de la saison, sur toutes les maisonnettes du marché de Noël et même, sur les façades des principaux bâtiments, qui entourent la Place de la Réunion.  Comme ses confrères d’autres villes alsaciennes, le marché de Mulhouse réunit une cinquantaine de kiosques proposant des objets d’artisanat, du vin chaud, du fromage de la région, des pains d’épices, des biscuits et combien d’autres spécialités gourmandes, dont les arômes planent sur toute la place. Il est aussi dominé par une grande roue (la seule d’Alsace, grande fierté de Mulhouse !) et se déploie sous la façade illuminée du temple Saint-Étienne (une église protestante).

Viens voir ma ville :

Mulhouse est aussi une ville que l’on peut visiter en compagnie d’un « greeter ». Ces bénévoles, souvent retraités et passionnés d’histoire ou de culture, travaillent en collaboration avec l’Office de tourisme, en offrant des visites de quelques heures, autour des thèmes qui les passionnent.  Lors de ma visite avec Raymond Weigel, photographe et greeter, j’ai appris une foule de choses sur le passé et le présent de cette ville.  « Contrairement à Strasbourg et à Colmar, Mulhouse ne possède pas de maisons à colombages qu’on associe tant à l’Alsace », disait-il « Par contre, c’est aussi une ville d’art et d’histoire, qui possède un riche passé industriel.  En ce moment, plusieurs de ces anciennes usines sont transformées en espaces de création, au tour desquels gravitent de plus en plus d’artistes.»

Lors de notre promenade, Raymond m’a aussi montré le Square de la Bourse, que les riches industriels du 19ème ont fait construire, en s’inspirant des arcades de la rue de Rivoli, à Paris. Il me faisait aussi remarquer que, dans les rues de Mulhouse, la majorité des bâtiments qui arborent des arches étaient autrefois des manufactures de textiles (l’arche servant alors pour l’entrée des carrioles, transportant la marchandise). Comme il l’expliquait aussi, Mulhouse possède plusieurs murales, où les artistes se sont inspirés du passé industriel.  Sur la fresque Les Mulhousiens, par exemple, on retrouve les premiers industriels à avoir débuté l’industrie du textile et cette fameuse roue à dents, qui est devenue le symbole de cette ville ouvrière. Passionné par la photo et la culture, Raymond Weigel propose d’ailleurs des circuits sur la thématique des murales. http://www.greeters-mulhouse.com

Musée de l’impression sur étoffes :

Avec un passé pareil, l’un des musées à voir est le Musée de l’impression sur étoffes, qui nous permet de réaliser l’impact qu’a eu cette industrie sur le destin de Mulhouse. Maquettes, métiers, machines et outils, plus de nombreux exemples de motifs, c’est en voyant défiler tout cela qu’on apprend comment de riches industriels suisses ont démarré et fait prospérer les premières manufactures de textiles, à la fin du 18ème siècle. On y retrouve aussi un espace ludique où l’on invite les visiteurs à créer eux-mêmes leurs impressions sur étoffes (ateliers pour les familles), de même qu’une installation de « video mapping », mettant en valeur les réalisations plus contemporaines de cette industrie. Un musée bien fait, qui possède aussi une belle boutique. 14, rue Jean-Jacques Henner. www.musee-impression.com

Des trésors d’automobiles :

Deux des riches industriels suisses du textile au 20ème siècle, les frères Schlumpf, avaient une telle passion pour l’automobile (et les Bugatti, notamment) qu’ils ont acquis une surprenante collection de plus de 400 voitures. On raconte que plusieurs de ces voitures furent acquises au dépens de leur entreprise, mais aujourd’hui, cette collection loge dans un Musée national – la Cité de l’automobile – qui est d’ailleurs le plus important musée du genre au monde. Sur le vaste plancher d’exposition, près d’un millier de lampadaires (comme ceux du pont Alexandre III à Paris) éclairent ces véritables « bijoux » de l’automobile, regroupés en 4 sections principales. La première salle montre l’évolution de l’automobile, dès premiers carrosses les plus étranges (vers 1890) jusqu’aux élégantes voitures des années 1920 et 30. Puis, on chemine à travers plusieurs modèles plus familiers (la section des modernes), pour découvrir ensuite une véritable enfilade de bolides de course (de toutes époques), suivis des « chefs d’œuvre » de l’automobile, au milieu desquels trône notamment la Bugatti Royale Napoléon. Chose certaine, les nombreuses photos d’époque, les lampadaires et la mise en valeur ingénieuse de toutes ces voitures rendent ce musée très intéressant, y compris pour ceux qui n’aiment pas beaucoup les voitures, à priori… http://www.citedelautomobile.com

Visite à Guebwiller :

A 30 minutes de Mulhouse, le village de Guebwiller se trouve sur la Route des vins, dans le piémont des Vosges, où les montagnes vont de 200 à 1400 mètres. D’ailleurs, ce paysage montagneux a été façonné pour permettre la culture des vignes, comme en témoignent les centaines de kilomètres de murets de grès, qui protègent ces surprenants vignobles déployés tout en terrasses, sur des pentes abruptes. D’ailleurs, la culture de la vigne y a commencé dès le Moyen-Âge, sous l’impulsion de la puissante abbaye voisine de Murbach, qui a aussi fondé Guebwiller, au 13ème siècle. Après avoir surtout prospéré grâce à la vigne, la ville accueillera aussi bon nombre de filatures et d’usines de textiles, à l’époque de l’industrialisation. Aujourd’hui, malgré sa petite taille, Guebwiller ne possède pas moins de 3 églises, dont l’église Saint-Léger (roman tardif) et l’église des Dominicains, devenue un centre culturel avant-gardiste.

Depuis quelques années, Guebwiller a choisi de se démarquer en proposant des animations de Noël liées à des thématiques environnementales. Cette année, son Noël Bleu (jusqu’au 7 janvier) propose un parcours de 8 étapes, qui englobe le marché, des projections sur les églises Saint-Léger et Notre-Dame, ainsi que des expositions et conférences sur la thématique des glaciers, notamment au Musée Théodore Beck (céramiste renommé, originaire d’ici). Pour les amateurs de vin, c’est aussi l’occasion de faire d’une pierre deux coups, puisque la région de Guebwiller ne fournit pas moins de 6 grands crus…  www.ville-guebwiller.fr

Informations pratiques :

S’y rendre : Air Transat offre des vols directs vers Mulhouse en été, mais propose aussi des vols vers Paris toute l’année; ce qui permet de rejoindre l’Alsace en train, en moins de 3 heures (via TGV). http://www.transat.com

Suggestions d’hébergement : Le Mercure Mulhouse Centre, situé juste en face de la gare. Pratique, chambres assez vastes et bien équipées, bon rapport qualité-prix. 4 Place du Général de Gaulle. http://www.m.mercure.com

Pour faire des achats : Boutique de l’Office de tourisme de Mulhouse : 1 avenue Robert Schuman.

Autre animation de Noël : Noël au jardin, au parc de Wesserling. Un parcours animé, à travers les décors illuminés du jardin. Cette année, on y suit Mary Poppins, qui nous fait rencontrer une foule d’autres personnages. Un franc succès auprès des enfants ! Au Parc de Wesserling – Écomusée textile. Rue du Parc, à Husseren-Wesserling. http://www.parc-wesserling.fr/

Informations complémentaires : www.etoffeseries.fr, http://www.tourisme-mulhouse.com, www.alsace.com,

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :