globe raconteuse

Pérou: Une cité au milieu des nuages

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Comme l’écrivait Pablo Neruda,  on se sent extrêmement petits et vulnérables lorsqu’on arrive dans la cité sacrée de Machu Picchu, qui semble perchée dans le ciel…  En fait, le matin de ma visite, tout le site se cachait dans les nuages, étant complètement voilé par un nuage de brouillard et un rideau de pluie fine. A ce moment-là, on ne voyait que la silhouette de « Machu Picchu » (alias la « montagne vieille ») qui a donné son nom au site. Et on pouvait aisément comprendre que cette grande cité inca du 15ème siècle ait suscité tant de mystères et de légendes… D’ailleurs, nombreux sont ceux qui l’ont surnommé la « mystérieuse cité perdue« . Et, en effet, il semblerait que son isolement, au milieu des montagnes, ait contribué à effacer son souvenir, aux yeux du monde. Mais l’existence de Machu Picchu a été redécouverte en 1911, par un archéologue américain qui y rencontra quelques familles qui exploitaient encore les terrasses agricoles construites par les Incas au 15ème siècle.

Aujourd’hui, Machu Picchu est considérée comme une œuvre maîtresse de l’architecture inca; ce pourquoi elle a été classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. En 2007, Machu Picchu a même été désignée comme l’une des « sept nouvelles merveilles du monde« .

Le site se trouve à l’est de la Cordillère des Andes, à cent trente kilomètres de Cusco, qui était autrefois la capitale de l’empire Inca. Par contre, cette cité n’est pas facile d’accès; ce qui fait partie de son charme. Les plus braves choisissent d’y arriver à pied (via le célèbre Chemin de l’Inca), tandis que les autres doivent emprunter le train (voir plus bas) pour rejoindre le village de « Pueblo Machu Picchu« , qui se trouve juste au pied du site. A partir du village, des navettes empruntent ensuite le chemin pentu et tortueux qui mène jusqu’à l’entrée du site,  perché à 2 438 mètres d’altitude.

Le site de Macchu Picchu impressionne pour toutes sortes de raisons, notamment parce qu’il se trouve sur la crête entre deux sommets : le Machu Picchu et le Huayna Picchu (signifiant « jeune montagne ») qui surplombe le site sur la plupart des images de la cité. Autour du Huayna Picchu et sur les deux côtés de la cité coule la rivière Vilcanota-Urubamba, qui décrit un grand arc en contrebas d’une falaise de 600 mètres. Selon les guides, il est possible que Machu Picchu ait été une des résidences de l’empereur Pachacútec. Cependant, les nombreux temples et leur caractère cérémonial laissent aussi penser qu’il s’agissait d’un sanctuaire religieux. En tout, le site compte 172 constructions et se divise en deux secteurs: la zone agricole (avec ses terrasses qui ressemblent à de grands escaliers) et la zone urbaine, qui regroupait le quartier sacré (celui des nobles et des prêtres) et le quartier plus populaire, habité par les paysans et les ouvriers. Dans cette zone, on nous montre notamment plusieurs anciennes habitations, des places publiques et des temples, tels que le Temple du Soleil, par exemple. D’ailleurs, ce temple prouve que les Incas – à l’instar des Mayas au Mexique – possédaient eux aussi une excellente maîtrise de l’astronomie.

Chose certaine, que ce soit dans la brume ou sous le soleil, ce site grandiose nous coupe le souffle, dans tous les sens du terme… Il y a tant de détails à observer, tant de points de vue étourdissants, qu’il vaut largement la peine d’y passer plusieurs heures… d’autant plus que l’altitude nous force à y aller tout doucement. Une excellente chose, après tout !

Voyez aussi mon sujet sur la Vallée sacrée: https://nathaliedegrandmont.com/2015/10/08/perou-les-tresors-de-la-vallee-sacree/

Informations pratiques:

S’y rendre : Vols vers Lima par LAN ou Air Canada. (de 950$ à 1100$).

Ensuite, il faut prendre l’autobus (trajet de 22h) ou l’avion (1h15) jusqu’à Cusco, qui constitue la principale porte d’entrée de cette région et l’escale qui précède généralement la visite du Machu Picchu. D’ailleurs, on nous conseille fortement d’y passer un ou deux jours avant de partir pour le Machu Picchu, pour prendre le temps de s’acclimater à l’altitude.

En train ? A partir de Cusco, il faut ensuite rejoindre le village le plus proche du Machu Picchu, c’est à dire Aguas Calientes (ou Pueblo Machu Picchu), situé à 400 mètres en contrebas. Etant donné qu’aucune route ne dessert Aguas Calientes, il faut s’y rendre en randonnée (via le célèbre « Chemin de l’Inca« ) ou prendre le train, au départ de Cusco ou d’Ollantaytambo (1h 1/2). Deux trains de la compagnie Inca Rail parcourent ce trajet : le Machu Picchu (plus simple et rustique) et le Inca Train (un peu plus chic). L’Inca Train est muni de grandes fenêtres pour observer le paysage, des fauteuils de cuir et des tables; d’autant plus qu’on vous propose quelques cocktails et bouchées lors du trajet.  Bien sûr, le trajet est spectaculaire : ne roulant pas très vite, le train serpente au milieu des montagnes et des champs en terrasses, puis longe la rivière Vilcanota, avant de s’engouffrer dans la forêt pluvieuse, à la fin du parcours. (Tarifs : entre 50$ et 60$ US pour l’aller-retour, selon les horaires et la classe choisies.) http://www.incarail.com

Meilleures saisons ? La saison des pluies s’étend de novembre à avril. A ce moment-là, il n’est pas rare qu’il pleuve le matin; mais par contre, les précipitations rendent le paysage beaucoup plus vert qu’à la saison sèche (mai à octobre)

Conseils ? Habillez-vous en pelures, apportez un imperméable et portez des chaussures confortables et adhérentes; sachant que le site pourrait être glissant (souvent de la brume ou de la pluie fine). De plus, choisissez judicieusement ce que vous apportez et ne vous chargez pas inutilement, car il y a beaucoup de marches à monter.

Suggestions d’hébergement:

Dans le pueblo de Machu Picchu: l’hôtel Inkaterra Machu Picchu. Cet hôtel très particulier fait partie de la liste des meilleurs écolodges du monde du National Geographic. Camouflés au milieu de la forêt, les différents bâtiments combinent beaucoup la pierre et les bois locaux; ce qui contribue à y créer une ambiance rustique, typiquement andine. Le restaurant principal surplombe d’ailleurs la rivière Vilcanota et propose plusieurs spécialités péruviennes, cuisinées avec des produits frais et locaux. Comme le site comprend aussi plusieurs sentiers de randonnée (5km) et un refuge d’ours andins, l’hôtel propose aussi une foule d’activités d’observation de la nature (ornithologie, faune et flore, etc.) (Tarifs : à partir de 300$ US/nuit; ce qui comprend le déjeuner, le souper à la carte, plus une sélection d’excursions guidées sur la propriété) http://www.inkaterra.com

Informations supplémentaires:  http://whc.unesco.org/fr/list/274, http://www.peru.travel/en-ca/

 

 

2 Commentaires

  1. Ping : Pérou: les trésors de la Vallée sacrée | globe raconteuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :